Blog

L’exigence, savoir recevoir, savoir être, savoir transmettre.

  |   BLOG

On m’a posé la question, comment transmettre l’exigence ?

 

Cette question m’amène immédiatement à mon enfance, où la discipline a été transmise en grande partie à la maison et l’envie de vivre de ma passion m’y a obligatoirement amené. L’excellence est quelque chose de rare et de très recherchée. Une partie de mon accompagnement à la performance mentale tourne autour de ça. Je vous partage mon expérience et ma vision de l’exigence.

 

L’exigence individuelle est un élément clé pour atteindre l’excellence dans tous les aspects de la vie. Cette qualité se construit au fil du temps grâce à la répétition des mêmes actions, qui deviennent finalement naturelles. Appliquer cette rigueur à toutes les actions quotidiennes permet d’atteindre un niveau d’excellence rare.

 

Je me souviens que lorsque j’étais petit, ma mère rangeait toujours toutes les choses à leur place. Dans le réfrigérateur, chaque produit avait sa famille et était rangé dans son propre compartiment : les produits laitiers avec les produits laitiers, les protéines avec les protéines, etc. Ce qui m’a interpellé, c’est l’exigence qu’elle avait envers nous dans tous les aspects de la vie. Si tu te dois de faire une chose, fais-la le mieux possible.

 

Très tôt, avec mon frère et ma soeur nous devions faire les tâches ménagères avec organisation et discipline et surtout les faire correctement. L’organisation consistait à déterminer une semaine pour chacun d’entre nous. La discipline était de les faire avant de prévoir toute activité et si le travail n’était pas bien fait, il fallait le recommencer. Ces petites tâches nous ont appris beaucoup plus que ces trois critères, organisation, discipline et rigueur. Nous avions également des règles pour les devoirs, des temps d’écran, des choses que nous avions le droit de manger ou non, des choses que nous avions le droit de regarder ou non, et beaucoup de valeurs de respect enseignées. Tout ça amené avec justesse, allié, avec les moments de partage, plaisir, sérieux, décontraction et beaucoup d’amour.

 

En réfléchissant à mon évolution, je constate que je n’ai pas maintenu cette discipline. Les fréquentations ont un impact considérable sur notre comportement. L’environnement extérieur les amis que nous choisissons, accompagner de ce souci d’appartenance à un groupe qui accompagne l’adolescence m’a peut-être conforté à adopter la posture majoritaire qui était le laxisme, le manque de rigueur et de discipline. Les mauvaises habitudes sont contagieuses et au fil du temps, peuvent attaquer et accompagner toutes les autres actions de vie. Je commençais à être moins performant dans les différents domaines et notamment le rugby.

 

En 2002, je jouais au Stade Français Paris, j’avais la chance d’être professionnel. L’année suivante je me retrouve sans club, je passe de la première division professionnelle à la quatrième division amateur. Je n’avais pas pris conscience que mon statut était celui d’un privilégié, d’être professionnel à 20 ans et vivre de ma passion. Lorsque que j’ai pris conscience que j’allais laisser mon rêve filé, j’ai retrouvé cette discipline parfaitement enseignée par mes parents. J’ai réintroduit inconsciemment cette rigueur doucement et naturellement dans les différents aspects de ma vie. Je suis remonté d’année en année, pour retrouver la première division (Top 14) et ne plus la quitter.

 

En écrivant cela, je prends conscience qu’il n’y a pas de hasard. Par la suite, je n’ai jamais pris une victoire ou une réussite comme acquise. Certains pourraient dire que c’est maladie, mais l’humilité que vous apprend une déception n’a pas de meilleur enseignement.

 

Transmettre l’exigence est d’abord difficile pour celui qui la transmet. Dire non, punir, priver, demander de recommencer, etc, n’est pas une chose agréable à faire pour soi-même et encore moins pour les autres et les personnes que l’on aime. Il faut accepter, d’être le mal aimé. Je comprends qu’il est difficile d’accepter et de comprendre une chose que l’on a pas vécu. Ce serait tellement facile si nous avions la sagesse d’écouter et d’apprendre des leçons des autres. Les choses de qualité sont souvent très prisées et peu de gens réussissent à les obtenir.

 

Vivre une chose est beaucoup plus facile pour la transmettre. Ressentir les différentes émotions, sensations qui accompagnent et amènent à l’action. Avoir l’expérience ne signifie pas que la transmission sera obligatoirement de qualité. Savoir faire, savoir être et savoir transmettre sont vraiment trois choses bien distinctes. Il est important de se rappeler que transmettre l’exigence est un processus continu qui nécessite de la patience, de la persévérance et de la bienveillance.

 

L’exigence, c’est apprendre de ses erreurs, s’efforcer de continuer à progresser, et se fixer des objectifs réalisables.
En somme, l’exigence individuelle est un facteur clé pour atteindre l’excellence, mais il est important de garder une perspective saine et de ne pas se mettre trop de pression. En travaillant sur soi et en s’efforçant de progresser chaque jour, on peut atteindre des sommets.

 

Il est important de ne pas confondre l’exigence avec le perfectionnisme, qui est souvent contre-productif. Faire de son mieux, travail, rigueur, la discipline que l’on s’impose avec fréquence, pour une récompense unique et rare.

 

Cette chose, qui illuminera la personne par tout ce qu’elle dégage, goûter aux fruits de la réussite, la reconnaissance et tout ce que cela procure. Le plaisir, la joie, ce sentiment de compter, d’utilité, d’être acteur, vivant, d’être l’étoile dans la foule. Un goût rare et unique qui mélange un nombre incalculable d’émotions sur un laps de temps. N’est-ce pas ce sentiment exceptionnel que peut donner la récompense de ses efforts et sacrifices ?

 

Rien n’est réellement acquis dans la vie, prendre les jours qui arrivent comme un nouveau défi.



Open chat
Besoin d'aide ?